Pour La Prévention et La Préservation de l’Hygiène en Milieu Hospitalier et Scolaire

Sicap Liberté 6 Extension,Résidence AYA appt N°3

P2S                                                                              Tel: +221 33 867 81 85 BP : 25969 Fann/Dakar

                                                                            Email : servprog@3s7.org /  Site Web : www.3s7.org

                                                                         Récépissé : 19381 du 24 Juillet 2019 du Ministère de l’Intérieur

               

 

PLAN STRATEGIQUE

3S SET-SANTE-SECURITE

2019-2021

PUSH-MODEL

 

 

Table des Matières

  1. DEFINITION DES CONCEPTS CLÉS
  2. PRESENTATION ET PLAIDOYER DU PROGRAMME 3S
  • CONTEXTE GENERAL
  1. LES DEUX GRANDES FORMULES DU PROGRAMME 3S :
  2. “JEUM-KANAM”
  • LES OBJECTIFS DE LA FORMULE “JEUM-KANAM”
  1. P2S “PROGRAMME-SALUBRITE-SCOLAIRE”
  • LES OBJECTIFS DE LA FORMULE P2S

 

 

  1. PLAN D’ACTIONS DU PROGRAMME 3S
  2. Les Différentes Phases Du programme:
  • La Phase SETT-NA
  • La Phase KHAM-NA
  • La Phase DIOGUE-NA
  • La Phase YEUG-NA
  • Rubrique 1 : Focus-Group
  • Rubrique 2 : Campagnes de Sensibilisation
  • Rubrique 3 : Villages-Room
  1. METHODOLOGIE ET SYSTEME D’ENRÔLEMENT « SMART»
  • Méthodologie « SMART »
  • Système d’Enrôlement « SMART »
  • Procédure d’Enrôlement « SMART »

 

  • PLANNING DES PHASES STRATEGIQUES DU PROGRAMME

 

  • LES MOYENS HUMAINS 
  1. MATERIELS ROULANTS
  2. RESULTATS STATISTIQUES DES ETUDES MENEES DANS LES REGIONS CIBLES
  3. MOT DU CHEF DE PROGRAMME

 

 

  1. DEFINITION DES CONCEPTS CLES
  • « JEUM-KANAM » :

Expression « wolof » qui signifie « Aller de l’Avant ».

  • « Bajenu gox » :

Faisant référence à une marraine ou une tante, la « Bajenu gox » est une actrice communautaire, une volontaire qui participe à la mise en œuvre des activités de santé au niveau communautaire.

  • OMS : Organisation Mondiale de la Santé
  • MCD : Médecin Chef de District
  • ICP : Infirmier Chef de Poste
  • Maladie Nosocomiale ou Infection Associée aux Soins :Une infection contractée au cours d’un séjour en établissement hospitalier
  • Plateau CRM : « Customer Relationship Management» ou « Gestion de la Relation Client ».

Désigne l’ensemble des dispositifs ou opérations de marketing ou de support ayant pour but d’optimiser la qualité de la relation client, et permet de faire la collecte et l’analyse des données clients, des donnés marketing et des opérations de support.

  • SET-NA: Mot « wolof » désignant être propre en soi-même, son environnement etc.
  • KHAM-NA : Mot « wolof » désignant le savoir par rapport à une chose intellectuelle ou spirituelle.
  • DIOGUE-NA: Mot « wolof » faisant action de se lever pour une chose ou une cause à défendre ou à combattre.
  • YEUG-NA: Mot « wolof » définissant la prise de connaissance d’une action ou d’un état de fait.

 

 

  1. PRESENTATION ET PLAIDOYER DU PROGRAMME 3S

3S (SET-SANTE-SECURITE),  est un programme d’hygiène  à but non lucratif, initié et développé par des sénégalais ambitieux et animés par la fibre patriotique. Un groupe de jeunes qui ont commencé leurs débuts en offrant des services de nettoyage à des particuliers, jusqu’au jour où, les armées sénégalaise et française de l’air les sollicitèrent pour l’entretien de leurs avions ainsi que de leur site et locaux administratifs.

Par la suite, nous avons signé un contrat de prestations avec la Fondation Bill&Melinda Gates « Intrahealth International » dans son programme « Informed Push Model » et bénéficiant ainsi de la confiance de la Pharmacie Nationale d’Approvisionnement par rapport à sa formule « YEKSI NAA » pour la distribution de médicaments contre la Tuberculose, le Paludisme et le VIH/SIDA mais également pour la contraception.

C’est en se lançant dans cette aventure que nous avons, depuis lors, commencé à parcourir les différentes structures sanitaires du Sénégal, plus précisément celles des régions telles que : Matam, Saint-Louis, Kaolack, Kaffrine, Kédougou, Tambacounda. Et depuis cet instant, le constat qui a été fait sur le terrain, à nos différents et multiples passages, reste le même : le niveau de salubrité dans ces établissements reste largement à désirer.

Un constat qui a fortement heurté la sensibilité des acteurs hygiénistes « nés » que nous sommes, suscitant ainsi un désir en nous, celui de mener un combat, « une guerre », contre ce phénomène qu’est l’insalubrité en milieu hospitalier, d’apporter notre pierre à l’édifice afin de combattre les épidémies et autres maladies transmissibles par manque d’hygiène.

C’est alors de là, qu’est née l’idée d’un programme, un projet réfléchi et adapté par de jeunes patriotes sénégalais, soucieux de servir leur nation de par leur savoir-faire et leur expertise. D’où l’initiative « JEUM-KANAM », pour prévenir les infections associées aux soins ou maladies nosocomiales en aidant les établissements de santé à maintenir un niveau satisfaisant d’hygiène conformément aux directives et recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé. Ainsi défini, notre volonté n’est rien d’autre que d’accompagner le personnel soignant, les patients mais également les accompagnants, durant tout le processus des soins médicaux afin de leur éviter tout risque de transmission ou de contamination d’une quelconque infection au sein de l’environnement hospitalier.

D’autre part, ce programme a pour but de s’inscrire dans le livre des acteurs clés de la lutte contre les Infections Associées aux Soins (IAS), pour un Sénégal voire une Afrique sans maladies nosocomiale ni épidémies. Bien évidemment, nous n’avons clairement pas l’intention de restreindre nos activités au territoire sénégalais, mais nous tenons, dans un avenir proche, faire bénéficier de ce projet à tous les pays du continent pour ainsi, faire de ce combat, une affaire intercontinentale et de cette vision, une vision unique et universelle. Une solution africaine aux maladies nosocomiales, une résolution africaine pour la santé africaine, une initiative de la jeunesse sénégalaise pour sa terre mère : l’Afrique.

Parce qu’un soin propre et sûr est un droit pour tous, parce que vous vous êtes engagés à être un des pionniers de la défense des droits de tout un chacun à l’accès à un soin de santé de qualité, nous vous invitons à nous accompagner pour la pérennisation de nos actions.

Pour cette nouvelle aventure, 3S a besoin d’alliés, de partenaires, de compagnons de guerre.

En effet, nous sommes conscients que le chemin sera garni d’obstacles, comme pour toute aventure, mais toutefois, nous sommes aussi confiant, qu’ensemble, nous pourrons gagner cette bataille, et beaucoup d’autres encore et faire des maladies nosocomiales un <<mauvais cauchemar>> duquel pourront enfin se réveiller nos établissements de santé et de l’insalubrité en milieu scolaire, un mauvais souvenir.

Vous l’aurez compris, l’essence même du programme 3S est d’appuyer les structures de santé du Sénégal dans leur quête constante d’hygiène, cependant nous ne nous limitons pas seulement à l’Hygiène hospitalière car la salubrité dans les établissements scolaires est aussi une priorité pour nous.

  • CONTEXTE GENERAL

Chaque année, le traitement et les soins dispensés à des centaines de millions de patients dans le monde sont compliqués par des infections contractées au cours des soins de santé. Selon l’OMS, sur 100 personnes hospitalisées dans les pays en développement, 15 subiraient ensuite une infection nosocomiale, soit 3 fois plus que dans les pays développés.

A tout instant, plus de 1,4 million de personnes dans le monde souffrent d’infections contractées à l’hôpital. Entre 5 et 10% des patients admis dans les hôpitaux modernes de pays développés contractent une ou plusieurs infections. Le risque de contracter une infection au cours des soins de santé étant de 2 à 20 fois plus élevé dans les pays en développement que dans les pays développés. Dans certains pays en développement, la proportion de patients souffrant d’une infection nosocomiale peut dépasser 25%. En Afrique Subsaharienne, les données disponibles montrent que l’incidence des infections nosocomiale varie de 2 à 49%. Au Sénégal, il est indiqué que 2 patients sur les 20 hospitalisés sont atteints d’une infection nosocomiale.

A de rares exceptions près, les établissements sénégalais ont des pratiques de soins et de fonctionnement bien éloignées de celles en vigueur dans les pays développés. Les facteurs du risque infectieux associés aux soins y sont très nombreux, parmi ceux-là, l’absence de protocoles et l’insuffisance d’informations sur l’hygiène, la mauvaise élimination des déchets, l’insuffisance des infrastructures, les conditions de promiscuité entre autres.

Bien que le Sénégal ait fait beaucoup d’efforts pour la prévention de ces infections en mettant en place un Programme National de Lutte Contre les Infections Nosocomiale (PRONALIN) et des Comités de Lutte Contre les Infections Nosocomiales (CLIN), il existe une large disparité en matière d’hygiène entre les établissements de santé de la capitale et ceux des autres régions. Une enquête de sondage téléphonique menée auprès des Infirmiers Chefs de Poste des différentes structures de santé dans lesquelles nous intervenons, nous a en effet révélé un manque d’accompagnement et l’absence de programme d’hygiène sanitaire spécialement développé.

D’autres part, l’enquête nous a permis de prendre conscience du manque considérable en produits d’hygiène médicalisés dont sont victimes les établissements sanitaires en question. Les produits utilisés pour l’entretien de l’environnement médical sont des produits standards qui ne respectent pas vraiment les normes d’hygiène hospitalière et l’utilisation de solution hydroalcoolique n’est pas respectée non plus car absente. Aujourd’hui, il n’existe pas de solutions immédiates à ce problème d’ordre mondial, souvent dénommé « la Malédiction des Structures de Santé », toutefois, nous sommes tous conscients que leurs conséquences sont désastreuses, allant du prolongement du temps de séjour en établissement hospitalier, à la résistance aux antibiotiques et aux incapacités sur le long terme voire même des décès.

Les Maladies Nosocomiale constituent un problème de santé publique, encore méconnu ou mal maitrisé par la grande masse mais nous interpelant tout un chacun. Et c’est à ce problème que le Programme 3S, à travers sa stratégie « JEUM-KANAM », s’est donné pour mission de trouver une solution. Une solution pérenne et inclusive à laquelle tous les acteurs de la santé et les acteurs communautaires ainsi que les instances décisionnaires pourront participer d’une manière ou d’une autre.

Par ailleurs, interpellés par le manque d’hygiène que nous constatons dans la vie courante, nous avons décidé de prendre le problème à bras le corps en essayant de la solutionner par la racine. D’où P2S, un projet d’appui aux établissements scolaires du pays pour les aider à atteindre un niveau d’hygiène satisfaisant pour la sécurité des apprenants mais aussi du personnel enseignant. Un projet de prévention contre les épidémies et certaines infections causées par le manque d’hygiène notamment celle des mains. La spécificité de cette stratégie résidant dans le fait que nous optons pour une sensibilisation des populations à bas âge. Parce que les bonnes pratiques et les bonnes habitudes s’apprennent dès l’enfance, l’apprentissage des règles d’hygiène aux élèves, surtout ceux du primaire et du préscolaire, est un impératif pour le Programme Salubrité Scolaire. De ce fait, en même temps que nous leur fournirons des produits pour l’entretien mais aussi pour le lavage des mains, nous mettrons l’accent sur l’apprentissage des bonnes pratiques pour une hygiène de vie saine, être propre chez soi mais aussi en public, dans la rue et n’importe où ailleurs. Ne pas salir est un devoir citoyen. Pour un Sénégal propre, les habitudes doivent changer et cela doit commencer par les plus jeunes, qui sont l’avenir de ce pays et ceci, nous l’avons compris.

En mettant en place ces deux sous-projets, nous nous engageons à être un maillon de la chaîne aux côtés des autorités compétentes, pour enfin réussir à atteindre l’objectif d’un Sénégal sans épidémies voire un Sénégal avec zéro déchets.

Dans ce document, nous vous édifions sur le plan d’actions à suivre pour la bonne marche du programme 3S, en précisant que ce modèle n’est à ce jour qu’un modèle d’essaie qui, nous l’espérons, nous permettra au fur et à mesure, de nous perfectionner pour la pérennisation de nos actions ainsi que leur vulgarisation sur tout le territoire national.

  1. LES DEUX GRANDES FORMULES DU PROGRAMME 3S

Pour la réalisation de son projet, le programme 3S a mis en place un plan d’action destiné aux structures de santé mais aussi aux établissements scolaires. Parce que l’hygiène est primordiale pour une bonne santé et la santé pour une bonne éducation, nous avons réfléchi à deux formules spéciales, l’une pour les structures de santé, l’autre pour le milieu scolaire, soit respectivement « JEUM-KANAM Santé » et P2S « Programme-Salubrité-Scolaire » adoptant à peu près la même méthodologie.

De par ces deux sous-programmes, l’entité 3S se donne pour missions de rendre disponible des produits spécialement formulés pour l’hygiène de l’environnement médical mais aussi scolaire, de former et accompagner les techniciens de surface sur les bonnes pratiques de nettoyage tant celui de l’environnement médical que de l’espace scolaire, de suivre et évaluer en permanence le niveau d’hygiène des différents établissements, de communiquer avec les populations afin de les sensibiliser sur les maladies nosocomiales et l’importance de l’hygiène des mains ainsi que les bonnes pratiques à adopter dans la vie courante en matière d’hygiène.

  1. “JEUM-KANAM

Expression “Wolof” qui signifie “aller de l’avant”, ce nom a été choisi pour designer le sous-programme destiné aux structures de santé. Le créneau de cette stratégie étant la prévention et la préservation de l’hygiène en milieu hospitalier pour la lutte contre les maladies nosocomiales ou infections associées aux soins. Avec cette démarche, le but ultime du programme est d’enrôler tous les établissements sanitaires du pays et de leur apporter une solution optimale en hygiène.

  • LES OBJECTIFS DE LA FORMULE « JEUM-KANAM »
  • Combattre les maladies nosocomiales ou infections associées aux soins et minimiser les risques d’épidémies au Sénégal.
  • Proposer des produits médicalisés spécialement développés pour l’entretien des établissements hospitaliers, des instruments chirurgicaux et pour l’hygiène des mains ;
  • Faire respecter les normes et standards d’hygiène en établissement sanitaire conformément aux directives et recommandations de l’OMS.
  • Couvrir tous les établissements de santé du Sénégal avec le programme, des plus grands centres hospitaliers aux plus petits postes de santé du coin le plus reculé ;
  • Rendre équilibré le niveau d’hygiène entre les structures de santé des zones urbaines et celles des zones rurales en leur faisant bénéficier des mêmes privilèges de la formule « JEUM KANAM » ;
  • Procéder à la formation des personnels chargés de l’entretien des différentes structures sur les techniques de nettoyage adaptés à l’environnement sanitaire ;
  • Mettre en place un dispositif de collecte et de gestion de l’information sur l’hygiène afin de pouvoir assurer le suivi et l’évaluation du niveau de salubrité ;
  • Identifier, connecter et collaborer avec les différents acteurs intervenant dans la lutte contre les maladies transmissibles en vue de faciliter le partage d’informations et le traitement optimal des urgences sanitaires ;
  • Sensibiliser les populations sur l’importance d’exiger un soin propre pour une bonne santé.
  1. P2S “PROGRAMME-SALUBRITE-SCOLAIRE

P2S peut être défini comme étant la substitution du projet “Jeum-kanam” dans le milieu scolaire en ce sens que les deux formules répondent aux mêmes besoins, celui de l’hygiène et d’un environnement sain.

  • LES OBJECTIFS DE LA FORMULE “P2S
  • Proposer des produits spécialement développés pour l’entretien des surfaces et toilettes, des blouses et serviettes pour les crèches et maternelles et un gel antibactérien pour l’hygiène des mains ;
  • Faire respecter les normes et standards d’hygiène dans les établissements scolaires conformément aux directives et recommandations de l’OMS.
  • Couvrir tous les établissements scolaires du Sénégal avec le programme, dans les écoles privées comme publiques ainsi que les écoles de formation et les universités ;
  • Rendre équilibré le niveau d’hygiène entre les structures scolaires des zones urbaines et celles des zones rurales en leur faisant bénéficier des mêmes privilèges du programme « P2S » ;
  • Procéder à la formation des personnels chargés de l’entretien des différentes structures sur les techniques de nettoyage adaptés à l’environnement scolaire ;
  • Mettre en place un dispositif de collecte et de gestion de l’information sur l’hygiène afin de pouvoir assurer le suivi et l’évaluation du niveau de salubrité ;
  • Veiller à l’intégration d’un cours d’hygiène dans le programme scolaire ;
  • Identifier, connecter et collaborer avec les différents acteurs intervenant dans la lutte contre l’insalubrité en vue de faciliter le partage d’informations et le traitement optimal des urgences sanitaires ;
  • Sensibiliser les populations sur l’importance de l’écocitoyenneté.

3

  1. PLAN STRATEGIQUE DU PROGRAMME 3S
  2. Les Différentes Phases :

La raison d’être première du programme 3S étant de servir d’une manière patriotique et altruiste la nation sénégalaise, d’une part, la stratégie « JEUM-KANAM » vise à appuyer et à assister l’ensemble des établissements de santé du pays dans l’atteinte des objectifs fixés par l’OMS dans le cadre de la lutte contre les infections associées aux soins et d’autre part, P2S s’atèle à faire de même avec les établissements d’enseignement (crèches, préscolaires, élémentaires, moyens, secondaires et universitaires)  pour un environnement salubre, sain et favorable à l’apprentissage.

Pour ce faire, le plan d’actions est axé sur quatre grandes phases qui peuvent également constituer les objectifs stratégiques du programme 3S.

Ces quatre phases sont : SETT-NA – KHAM-NA – DIOGUE-NA – YEUG-NA et sont valables pour les deux projets : « Jeum-Kanam » et « P2S ».

  • SETT-NA : Pour Combattre le Manque d’Hygiène en Milieu Hospitalier et Scolaire

Représentant la phase pilote du programme, SETT-NA vise à combattre l’insalubrité en milieu hospitalier et scolaire pour ainsi prévenir les maladies nosocomiales ou infections associées aux soins mais aussi les épidémies susceptibles de se déclarer par manque d’hygiène. Nous ne nous contentons pas d’énumérer les problèmes, mais nous trouvons et proposons des solutions à ce phénomène qu’est l’insalubrité.

Et parmi ces solutions, des produits spécialement formulés pour l’entretien de l’environnement médical et scolaire : sols, toilettes, espaces d’attente, salles de soins, salles de consultation, salles de classe, cantines scolaires, infirmeries et dispensaires scolaires…, pour le nettoyage du matériel médical ainsi que pour le lavage des mains.

SETT-NA, répond ainsi parfaitement à la demande des structures de santé ainsi qu’écolières du pays en matière de produits hygiéniques médicalisés.

Sur le plan sanitaire. en effet, le constat qui a été fait et que nous avons par la suite vérifié par une série de questionnaires soumis à des personnels de santé, c’est que les produits utilisés pour l’entretien tant bien pour les locaux que pour les matériels chirurgicaux et le lavage des mains, sont des produits standards tels que l’eau de javel et le savon liquide ou le savon dur. Ce qui va à l’encontre des normes préétablies par l’OMS. Pour ce qui est des écoles, le manque de produits pour la désinfection des mains est le problème le plus récurrent.

C’est ainsi que nous avons conçu trois types de produits dénommés : TOPSOL – BACTIMAINS – MEDIMATS.

  • TOPSOL : Adapté au nettoyage des sols et surfaces sanitaires, c’est un produit décapant biocide superpuissant, désinfectant et détartrant. Nous l’avons formulé pour rendre l’environnement aussi propre que sain en tuant les microbes et bactéries susceptibles d’être présents sur les lieux.
  • BACTIMAINS : Gel antiseptique alcoolisé et désinfectant pour le lavage des mains. En tenant compte des recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé sur l’hygiène des mains, ce gel est produit avec un box de portage. Cela permet de rendre plus accessible et adapté les matériels de désinfection des mains en ce sens que le box de portage peut être accroché dans toutes les pièces de l’hôpital, du centre, du poste ou de la case de santé, de l’école… et selon les besoins de la structure en question.
  • MEDIMATS : Parce-que nous avons pensé à l’hygiène du début à la fin, MEDIMATS est le produit que nous avons formulé pour la désinfection et la stérilisation des matériels chirurgicaux et des équipements hospitaliers tels que les lits, supports de perfusion, tables d’opération mais aussi les poignets de portes les manches d’escaliers, les bras des chaises et fauteuils etc. le produit peut également servir à désinfecter les blouses du personnel soignant ou enseignant ainsi que des serviettes lavables utilisés dans les écoles maternelles et les jouets des enfants.

Disposant de notre propre unité de production avec des techniciens expérimentés dans le domaine, 3S prévoit de s’ériger en fournisseur officiel et exclusif de produits hygiéniques pour toutes les structures de santé mais aussi aux différentes écoles et universités. Pourquoi se donner la peine d’importer ce type d’articles si nous pouvons nous même les concevoir ici, dans notre pays ?

Approvisionner les différents établissements sanitaires et scolaires du Sénégal, de manière permanente et continue, sans risque de rupture de stock, c’est ce que nous proposons à travers la phase SETT-NA.

                                  DEROULEMENT DE LA PHASE SETT-NA
Etape 1 Cibler et contacter par téléphone et par mail les acteurs clés pour chaque secteur pour la présentation du programme
Etape 2 Déployer des équipes d’opérateurs sur le terrain pour faire le tour des différents établissements, concrétiser nos actions en expliquant de vive-voix aux autorités les objectifs de chaque formule, identifier et cerner les besoins de chaque structure en matière d’hygiène.
Etape 3 Présenter et proposer les trois produits
Etape 4 Evaluer leur volonté de bénéficier des projets et les inscrire dans le programme
Etape 5 Accompagner les structures inscrites dans le programme pour le suivi et l’évaluation de leur niveau d ‘hygiène.

 

  • KHAM-NA : Pour la Formation des Techniciens de Surface

Nettoyer avec les bons produits, c’est important mais connaître la bonne pratique de nettoyage, c’est essentiel et c’est encore mieux.

Cette seconde phase consiste alors en la formation des techniciens de surface ou du personnel chargé de l’entretien des structures sur les techniques de nettoyage. En effet, bon nombre d ‘agents de nettoyage n’ont pas reçu de formation sur leur métier, d’où la nécessité de leur apprendre, d’une manière aussi théorique que pratique, comment nettoyer, où nettoyer, à quelle fréquence et avec quoi.

Toutefois, il est important de signaler que le nettoyage de l’environnement médical répond à des règles bien déterminées et demande le maximum de rigueur et d’attention en ce sens que c’est un milieu sujet au développement et à la prolifération de microbes et bactéries. Exposant ainsi les patients et accompagnants mais aussi le personnel soignant à des risques importants de contamination d’une infection dite nosocomiale.

D’où la différence avec les autres types de nettoyage « classiques ».

La réalisation de la formation se fera ainsi bien évidemment avec l’aide du Service National de l’Hygiène mais également des responsables de structures. Et pour le bon suivi-évaluation du niveau de salubrité, des formulaires d’entretien et de gestion des données de surveillance sur l’hygiène seront mis à la disposition de chaque structure. Ces documents doivent être remplis sur une période d’un mois environ et pour chaque fin de mois, au passage de nos opérateurs sur le terrain, ils nous seront renvoyés. Ce qui nous permettra ainsi d’avoir une main mise sur la situation hygiénique de chaque établissement et ainsi pouvoir prévenir ou agir en cas de situation d’urgence sanitaire.

PHASES DE LA PRE-FORMATION
 

Etape 1

–       Ciblage et répartition des zones

–       Identification des dates pour la formation pour chaque zone ciblée.

Etape 2 Contacter les Responsables des différents établissements par mail et par téléphone pour leur annoncer le démarrage de la formation.
Etape 3 Collecter les numéros de téléphone des techniciens de surface avec la collaboration des Responsables de chaque établissement pour chaque zone.
Etape 4 Contacter les techniciens de surface pour les informer de la formation et de la date fixée selon la zone.
Etape 5 Contacter les services d’hygiène pour chaque zone et coordonner nos actions pour le déroulement de la formation
 

Etape 6

Prévoir une prime de motivation pour inciter les bénéficiaires à participer aux formations et à s’imprégner dans le programme.
DEROULEMENT DE LA FORMATION
 

Etape 1

Formation sur le programme : organiser une séance initiale avec les techniciens de surface afin de les initier au programme 3S et à sa formule selon qu’on soit dans la formule « Jeum-Kanam » ou P2S , et leur expliquer les avantages de la formation.
 

Etape 2

Pour « Jeum-Kanam » : Formation sur les maladies nosocomiales : avec l’aide des MCD ou ICP, expliquer à ces agents les enjeux et les inconvénients liés aux infections associées aux soins ainsi que l’importance du rôle qu’ils peuvent et vont jouer dans cette lutte.

Pour P2S : Former les agents sur l’importance d’un environnement salubre afin d’éviter certaines maladies.

Etape 3 Formation sur les produits, leur utilité, et leurs méthodes d’utilisation.
 

Etape 4

Formation sur les techniques du nettoyage en collaboration avec les services de l’hygiène : Comment nettoyer ? Où nettoyer ? A quelle fréquence ? Avec quoi ? (matériels et produits).
Etape 5 Formation sur la tenue du formulaire d’entretien de la structure et la gestion des données de surveillance sanitaire.

                                                                                                                                                                                                                

Pour la bonne continuité de cette partie plus qu’essentielle, pour chaque projet, une prime représentant 5% du chiffre d’affaire sera allouée à la structure dont le personnel d’entretien respecte le plus les techniques de nettoyage. Cette prime sera bien évidemment octroyée en nature : dons en matériels médicaux (Gants Médicaux – Alcool – Masques – Seringue – Coton – Compresses, etc.)  , en matériels et produits de nettoyage (Produits Décapants – Gants de Nettoiement – Détergent – Balais – Bottes – Poubelles etc.). En outre, la structure peut bénéficier d’une réfection si besoin y est.

La phase « KHAM-NA » ainsi établie, au-delà de former les techniciens de surface, est un moyen de raffermir les liens entre nous et ces derniers mais aussi avec le personnel soignant et le personnel enseignant. Parce-que nous serons amenés à travailler pendant très longtemps, il est primordial d’établir une relation de confiance entre nous afin de faciliter l’atteinte de nos objectifs et la pérennisation de nos actions.

La formation s’étendra sur tout le territoire national et sous la supervision des services de l’hygiène, il incombera par la suite aux agents les plus performants d’assurer le rôle de relais pour le suivi et la continuité de la formation dans leur localité.

  • DIOGUE-NA: Pour le Suivi et l’Evaluation des Activités

Troisième phase du Programme 3S après la mise à disposition des produits et la formation au nettoyage, il s’agit là de l’étape du suivi-évaluation du niveau de salubrité des établissements et en temps réel.

Cette activité de suivi-évaluation se fera avec l’aide d’un plateau CRM de dernière génération que nous mettons en place et qui reste évolutif en fonction de l’avancement du programme et de ses différentes étapes.

L’objectif de cette phase est de nous permettre d’optimiser la gestion quotidienne de l’hygiène des structures en étroite collaboration avec les techniciens de surface et en partenariat avec le Service National de l’Hygiène. Ceci, dans le but de sonder en permanence toutes les structures et localités environnantes en vue d’éventuelles situations d’insalubrité extrême ou épidémies nécessitant une intervention d’urgence ou riposte rapide.

Pour la bonne exécution de ses activités, le Plateau CRM comprend deux entités évolutives.

PREMIERE ENTITE

du

PLATEAU CRM

–       Téléconseillère en Hygiène : Effectue des appels périodiques au niveau des structures de santé pour des sondages téléphoniques, recueillir les impressions du personnel des différents établissements sur le programme, servir d’intermédiaire entre les opérateurs terrains, l’administration et les structures et s’informer sur le niveau du stock des produits afin d’éviter des périodes de rupture.

–       Plateforme SMS Silvers Pro : Envois hebdomadaires d’SMS professionnels aux personnels soignants et enseignants pour une sensibilisation continue et permanente sur l’hygiène, notamment celle des mains, pour des conseils, des rappels etc.

–       Campagne Mailing : Envois périodiques de mails aux acteurs intervenants pour la diffusion en temps réel d’informations sur l’évolution du programme. Et pour une prise en charge optimale de la demande des collaborateurs, à travers cette plateforme, ils ont la possibilité de nous envoyer des messages auxquels nous répondront simultanément et en temps réel.

–       Plateforme 3STECH : Installé sur ordinateurs et tablettes, permet d’enregistrer la base de données des établissements, de prendre en compte les commandes de produits, de synchroniser les questionnaires administrés sur le terrain en temps réel pour ensuite procéder à une étude statistique des résultats.

Cette première entité du plateau CRM concerne plus précisément les phases SETT-NA et KHAM-NA alors que la deuxième entité est plus axée sur le suivi et l’évaluation des activités.

DEUXIEME ENTITE

du

PLATEAU CRM

–       Numéro Vert :  Dans le souci de toujours faciliter la communication entre 3S et les zones d’action, ce numéro vert permettra aux collaborateurs de pouvoir nous contacter en cas de besoin ou en situation d’urgence afin de pouvoir faire le rapport à l’autorité en temps réel.

–       Application d’Urgence Sanitaire (AUS) : Application à installer sur tablettes, téléphones et ordinateurs, permet de gérer les commandes en temps réel pour éviter les ruptures en produits hygiéniques, recevoir des alertes d’urgence sanitaire tels que les risques d’épidémies, les situations d’extrême insalubrité ou d’invasion par des rongeurs ou insectes (notamment dans les zones rurales).

La deuxième entité ainsi définie a pour rôle de coordonner les actions de « 3S » en connectant tous les acteurs concernés, à savoir le personnel soignant, les directeurs d’établissements scolaires, et les autorités compétentes ou instances décisionnaires tels que les Ministères et Directions Publiques. De ce fait, nous avons une gestion plus optimale de l’information et ainsi nous pouvons nous préparer à la riposte pour n’importe quelle situation d’urgence sanitaire.

  • YEUG-NA : Pour la Sensibilisation des Populations de Base

Nous sommes conscients qu’une bonne action passe inévitablement par une bonne communication. Nous œuvrons pour servir les populations, il est donc important si ce n’est impératif de les inclure à ce combat patriotique qui nous interpelle tous et qui est la lutte contre le manque d’hygiène. Ne dit-on pas à cet effet que : « Faire une chose pour moi, sans moi, c’est la faire contre moi. » ?

De par cette étape que nous avons dénommée « YEUG-NA », nous nous donnons pour mission d’informer les populations de base sur l’importance de l’hygiène en milieu hospitalier mais aussi en établissement scolaire et surtout celle des mains et du danger que représentent les infections associées aux soins auxquelles elles peuvent être exposées. Et pour une bonne communication, nous avons élaboré un plan de campagnes de sensibilisation qui comprend plusieurs rubriques : Focus-Group – Campagne Audiovisuelle – Télévisuelle – Villages-Room.

  • RUBRIQUE 1 : Focus-Group sur l’Insalubrité et les Maladies Nosocomiales

Dans cette première rubrique, il s’agira de sélectionner un échantillon réduit mais représentatif de 6 personnes pour chaque zone concernée.

 

RUBRIQUE 1

Focus-Group

sur

 les Maladies Nosocomiales

Composition de l’échantillon :

– Un chef de quartier ou de village ;

– Un relais communautaire ;

– Une « Bajenu gox » ;

– Un personnel de santé (MCD ou ICP) / Directeur ou responsable d’école ;

– Un agent du service de l’hygiène ;

– Un président du comité de gestion / Responsable de l’hygiène de la structure

Chaque séance de discussion sera animée et modérée par des opérateurs formés au préalable aux techniques du focus-group et permettra à toutes les parties prenantes de répondre aux questions qui leur seront posées et de donner leurs avis sur la stratégie mise en place.

Ainsi, les représentants de la communauté, à savoir le chef de quartier ou du village, le relais communautaire et la bajennu-gox pourront connaître les tenants et les aboutissants de nos différents projets et comprendre le rôle crucial qu’ils auront á y jouer. Ces 3 personnalités seront les premiers interlocuteurs entre nous et la population de base et auront pour mission d’expliquer à cette dernière les ambitions du Programme 3S et d’annoncer les prochaines étapes qui complètent la phase de sensibilisation.

Par ailleurs, en confrontant les différents participants, nous pourront avoir une idée sur les problèmes outres que ceux évoqués et qui mériteraient notre attention et notre intervention ou celle des autorités habilitées à les résoudre.

  • RUBRIQUE 2 : Campagnes Télévisuelle et Audiovisuelle

Cette rubrique cible directement la population et sans intermédiaires. Le Sénégal est un pays riche en langues. Bien que la langue nationale soit le Wolof et le Français la langue officielle, il existe d’autres langues locales et la grande majorité de la population n’est pas alphabétisée. Il est donc important de prendre en compte, pour la sensibilisation, les personnes qui ne comprennent ni le Wolof ni le Français mais aussi celles qui ne savent pas lire. Voilà pourquoi nous avons décidé d’avoir recours à deux types de communication : la communication audiovisuelle et celle télévisuelle.

 

 

RUBRIQUE 2 

Campagnes de sensibilisation

 

AUDIOVISUELLE

 

–       Spots radiophoniques : faire des spots publicitaires radiophoniques avec toutes les langues locales et la langue officielle, à faire passer sur les différentes chaines de radio nationales et locales.
TELEVISUELLE –       Affiches et vidéos : tracts, plaquettes, bandes annonces, bandes dessinées pour les petits et autres qui ne savent pas lire ;

–       S’assurer que les affiches soient attractives et parlantes ;

–       Faire en sorte que tous les établissements en disposent et en quantité suffisante.

  • RUBRIQUE 3 : Villages – Room

Après la campagne télévisuelle et audiovisuelle, la population sera en quelque sorte imprégnée dans le Programme 3S, les Villages-Room permettront alors par la suite de crédibiliser l’ensemble des activités liées à la phase de communication. Avec les mêmes principes que le Focus-group mais un nombre non-restreint de participants. Ici, il s’agira d’organiser un grand débat sur des places publiques ou une grande salle et y convier la population. La discussion aura pour but de sensibiliser de manière générale les populations sur les maladies nosocomiales, leurs causes et les moyens de prévention, sur les dangers du manque d’hygiène et sur l’importance de garder notre pays propre et attractif. Par ailleurs, il est important de leur faire savoir qu’exiger un soin propre est leur droit le plus absolu, tel que le recommande l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et que participer à rendre et à maintenir l’environnement propre est un devoir pour tous.

Le débat pourra de ce fait, être animé sous notre supervision, par les participants aux focus-group qui ont déjà les notions requises sur le programme et les différents projets.

La sensibilisation représente ainsi une étape cruciale dans la pérennisation des actions du programme 3S en ce sens qu’intégrer la population prouve encore une fois l’engagement patriotique dont fait l’objet notre démarche.

Et par ailleurs, le contact avec la population doit rester constant parce-que cette source regorge en elle toutes les informations nécessaires pour nous permettre à nous ainsi qu’à l’autorité supérieure, d’entreprendre les actions nécessaires à mener allant dans le bon sens et de pouvoir escompter des résultats satisfaisants.

 

 

 

  1. METHODOLOGIE ET SYSTEME D’ENRÔLEMENT « SMART»
  • Méthodologie :

Le système « SMART » est la méthode adoptée par le programme 3S pour le déroulement de ses activités sur le terrain. Cette technique nous permettra d’être en phase avec le flux et de pouvoir contrôler l’évolution en temps réel de l’état d’avancement des phases du programme.

S Spécifique
M Mesurable
A Ambitieux
R Réaliste
T Temporel

 

  • Système d’Enrôlement :

Le programme 3S, envisage de procéder à un système d’enrôlement de toutes les structures de santé du Sénégal mais aussi les établissements scolaires, en utilisant toujours et encore la méthodologie dite « SMART » pour un enrôlement simple et efficace, tout en respectant les étapes du processus.

Cette étape comportera quatre phases importantes et sera ainsi définie :

1e Phase                            2e Phase                          3e Phase                         4e Phase

SECURISATION
APPROCHE

INITIALE

ENROLEMENT
SUIVI

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Processus d’Enrôlement:

Cette méthode définie le déploiement du système d’enrôlement de 3S, par rapport aux entités qui constituent le système sanitaire du Sénégal d’une part et scolaire d’autre part.

Régions

Médicales

 

 

 

 

Districts

Sanitaires

Hôpitaux
Postes

De Santé

Cases

De Santé

Centres

De Santé

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • PLANNING DES PHASES STRATEGIQUES
 

PHASES

 

Début

 

Fin

 

Durée

 

Cibles

Zones d’intervention
 

 

 

 

SETT-NA

 

 

 

 

01/10/19

 

 

 

 

01/03/20

 

 

 

 

06 Mois

–       Poste de     Santé

–       Centre de     Santé

–       Cases de Santé

–       Hôpitaux

–       Cliniques

 

–       MATAM

–       ST-LOUIS

–       KAFFRINE

–       TAMBA

–       KEDOUGOU

–       SEDHIOU

–       DAKAR

 

 

 

KHAM-NA

 

 

 

01/04/20

 

 

 

01/09/20

 

 

 

06 Mois

 

–       Postes de Santé

–       Centres de Santé

–       Cases de Santé

–       Hôpitaux

–       Cliniques

–       MATAM

–       ST-LOUIS

–       KAFFRINE

–       TAMBA

–       KEDOUGOU

–       SEDHIOU

–       DAKAR

 

 

 

 

 

DIOGUE-NA

 

 

 

 

 

01/10/20

 

 

 

 

 

01/03/21

 

 

 

 

 

06 Mois

–       Postes de Santé

–       Centres de Santé

–       Cases de Santé

–       Hôpitaux

–       Cliniques

–       MATAM

–       ST-LOUIS

–       KAFFRINE

–       TAMBA

–       KEDOUGOU

–       SEDHIOU

–       DAKAR

 YEUG-NA 01/04/21 01/09/21  06 Mois  

–       Populations

–       Médias

–       Comités

–       ONG

–       MATAM

–       ST-LOUIS

–       KAFFRINE

–       TAMBA

–       KEDOUGOU

–       SEDHIOU

–       DAKAR

 

  • MOYENS HUMAINS

Pour mener à bien nos opérations dans les six régions pilote, le programme 3S a procédé à un recrutement d’agents opérateurs pour véhiculer les quatre phases du programme.

Dénomination Quantité Missions
 

Chefs Logisticiens

 

06

Superviser et coordonner toutes les opérations terrain conformément au cahier des charges du programme 3S
 

 

Opérateurs Logisticiens

 

 

12

Ils ont pour rôle principal l’enrôlement des structures de santé en passant par : (La communication, la sensibilisation, la collecte de données, le rapportage etc…)
 

 

Opérateurs Informaticiens

 

 

02

Recueille des données, contrôle de l’activité de la plateforme et du bon fonctionnement des outils informatique
 

 

Chauffeurs

 

 

06

Conduire les équipes jusqu’au dernier kilomètre tout en minimisant les risques en suivant les ordres du responsable logistiques

 

  1. MATERIELS ROULANTS

Le programme 3S a choisi pour sa phase pilote, le Sénégal des profondeurs, c’est pourquoi, conscient de cet enjeu majeur, il s’est doté d’une flotte de Pickup pour mener à bien sa mission en milieu rural.

Désignation Quantité Mission
 

Toyota Hilux

 

02

Opérations terrain en milieu urbain et rural assurant le transport des opérateurs
 

Mitsubishi L200

 

02

Opérations terrain en milieu urbain et rural assurant le transport des opérateurs
 

Ford Ranger

 

01

Opérations terrain en milieu urbain et rural assurant le transport des opérateurs
 

Ford Transit

 

01

Opérations de livraison des produits et autres matériels destinés au programme.
 

Peugeot 3008

01 Destinés aux transports du personnel administratif du programme.

 

  1. RESULTATS STATISTIQUES DES ETUDES MENEES DANS LES REGIONS CIBLES

Afin de mieux comprendre les motivations du programme 3S pour la création de la formule “JEUM-KANAM”, voici quelques résultats émanant d’un sondage auprès des structures de santé des districts de Matam, Tambacounda, Kédougou, Kaffrine et Saint-Louis.

Cette enquête visait à recueillir les opinions du personnel soignant sur le niveau d’hygiène de leurs structures, le niveau de formation des techniciens de surface, leur besoin en produits hygiéniques ainsi que sur l’importance d’instaurer un programme d’hygiène permanent dans le système sanitaire.

La première partie du sondage a été faite par téléphone avant d’être complétée par une série de questionnaires soumis aux MCD et ICP et administrés par nos équipes sur le terrain.

Ce travail nous a aussi permis d’avancer sur la première phase du programme en tissant un lien entre nous et ces acteurs de la santé.

Les résultats de cette étude nous ont révélé une absence de programme en hygiène hospitalière, un manque de prise en charge, le manque de formation des agents de nettoyage et le plus important, le manque considérable de produits d’entretien médicalisés.

Par ailleurs, les agents de santé que nous avons interrogés nous ont fait part de leur volonté de nous accompagner pour la réussite de ce projet qui, disent-ils, « vient à son heure ».

 

 

 

                                                   DONNEES STATISTIQUES DE SONDAGE DES PPS DANS LA REGION DE MATAM
                                                L’ETUDE S’EST REALISEE SUR UN TOTAL DE 76 PPS
                                 PREOCUPPATION HYGIENIQUE
MODALITES OUI NON IMPORTANT PAS IMPORTANT DECLINER TOTAL
EFFECTIFS PPS 73 0 73 0 3 76
FREQUENCES 0,96053 0 0,960526316 0 0,039474 1
% FREQUENCES 96,05% 0% 0,96% 0% 3,95% 100%
 L’IMPORTANCE D’UNE MISE EN PLACE D’UN PROGRAMME D’HYGIENE
MODALITES OUI NON IMPORTANT PAS IMPORTANT DECLINER TOTAL
EFFECTIFS PPS 73 0 73 0 3 76
FREQUENCES 0,96053 0 0,960526316 0 0,039474 1
% FREQUENCES 96,05% 0% 0,96% 0% 3,95% 100%
 

 

                       CONTRIBUTION DE L’HYGIENE CONTRE LES INFECTIONS
MODALITES OUI NON IMPORTANT PAS IMPORTANT DECLINER TOTAL
EFFECTIFS PPS 73 0 73 0 3 76
FREQUENCES 0,96053 0 0,960526316 0 0,039474 1
% FREQUENCES 96,05% 0% 0,96% 0% 3,95% 100%
                                                         COLLABORATION AVEC LE PROGRAMME 3S
MODALITES OUI NON IMPORTANT PAS IMPORTANT DECLINER TOTAL
EFFECTIFS PPS 70 0 70 0 6 76
FREQUENCES 0,9210526 0 0,9210526 0 0,078947 1
% FREQUENCES 96,05% 0% 0,96% 0% 3,95% 100%

 

 

DONNEES STATISTIQUES DE SONDAGE DES PPS DANS LA REGION DE SAINT LOUIS
L’ETUDE S’EST REALISEE SUR UN TOTAL DE 71 PPS
PREOCUPPATION HYGIENIQUE
MODALITES OUI NON IMPORTANT PAS IMPORTANT DECLINER TOTAL
EFFECTIFS PPS 70 0 70 0 1 71
FREQUENCES 0,985915493 0 0,985915493 0 0,014084507 1
% FREQUENCES 98,59% 0% 98,59% 0% 1,41% 100%
L’IMPORTANCE D’UNE MISE EN PLACE D’UN PROGRAMME D’HYGIENE
MODALITES OUI NON IMPORTANT PAS IMPORTANT DECLINER TOTAL
EFFECTIFS PPS 70 0 70 0 1 71
FREQUENCES 0,985915493 0 0,985915493 0 0,014084507 1
% FREQUENCES 98,59% 0% 98,59% 0% 1,41% 100%
CONTRIBUTION DE L’HYGIENE CONTRE LES INFECTIONS
MODALITES OUI NON IMPORTANT PAS IMPORTANT DECLINER TOTAL
EFFECTIFS PPS 70 0 70 0 1 71
FREQUENCES 0,985915493 0 0,985915493 0 0,014084507 1
% FREQUENCES 98,59% 0% 98,59% 0% 1,41% 100%
COLLABORATION AVEC LE PROGRAMME 3S
MODALITES OUI NON IMPORTANT PAS IMPORTANT DECLINER TOTAL
EFFECTIFS PPS 68 0 68 0 3 71
FREQUENCES 0,957746479 0 0,957746479 0 0,042253521 1
% FREQUENCES 95,77% 0% 95,77% 0% 4,23% 100%

 

DONNEES STATISTIQUES DE SONDAGE DES PPS DANS LA REGION DE KAFFRINE
L’ETUDE S’EST REALISEE SUR UN TOTAL DE 58 PPS
PREOCUPPATION HYGIENIQUE
MODALITES OUI NON IMPORTANT PAS IMPORTANT DECLINER TOTAL
EFFECTIFS PPS 58 0 58 0 0 58
FREQUENCES 1 0 1 0 0 1
% FREQUENCES 100,00% 0% 100,00% 0% 0,00% 100%
L’IMPORTANCE D’UNE MISE EN PLACE D’UN PROGRAMME D’HYGIENE
MODALITES OUI NON IMPORTANT PAS IMPORTANT DECLINER TOTAL
EFFECTIFS PPS 58 0 58 0 0 58
FREQUENCES 1 0 1 0 0 1
% FREQUENCES 100,00% 0% 100,00% 0% 0,00% 100%
CONTRIBUTION DE L’HYGIENE CONTRE LES INFECTIONS
MODALITES OUI NON IMPORTANT PAS IMPORTANT DECLINER TOTAL
EFFECTIFS PPS 58 0 58 0 0 58
FREQUENCES 1 0 1 0 0 1
% FREQUENCES 100,00% 0% 100,00% 0% 0,00% 100%
COLLABORATION AVEC LE PROGRAMME 3S
MODALITES OUI NON IMPORTANT PAS IMPORTANT DECLINER TOTAL
EFFECTIFS PPS 58 0 58 0 0 58
FREQUENCES 1 0 1 0 0 1
% FREQUENCES 100,00% 0% 100,00% 0% 0,00% 100%
DONNEES STATISTIQUES DE SONDAGE DES PPS DANS LA REGION DE TAMBA
L’ETUDE S’EST REALISEE SUR UN TOTAL DE 60 PPS
PREOCUPPATION HYGIENIQUE
MODALITES OUI NON IMPORTANT PAS IMPORTANT DECLINER TOTAL
EFFECTIFS PPS 58 0 58 0 2 60
FREQUENCES 0,966666667 0 0,966666667 0 0,033333333 1
% FREQUENCES 96,67% 0% 96,67% 0% 3,33% 100%
L’IMPORTANCE D’UNE MISE EN PLACE D’UN PROGRAMME D’HYGIENE
MODALITES OUI NON IMPORTANT PAS IMPORTANT DECLINER TOTAL
EFFECTIFS PPS 58 0 58 0 2 60
FREQUENCES 0,966666667 0 0,966666667 0 0,033333333 1
% FREQUENCES 96,67% 0% 96,67% 0% 3,33% 100%

 

 

CONTRIBUTION DE L’HYGIENE CONTRE LES INFECTIONS
MODALITES OUI NON IMPORTANT PAS IMPORTANT DECLINER TOTAL
EFFECTIFS PPS 58 0 58 0 2 60
FREQUENCES 0,966666667 0 0,966666667 0 0,033333333 1
% FREQUENCES 96,67% 0% 96,67% 0% 3,33% 100%
 

COLLABORATION AVEC LE PROGRAMME 3S
MODALITES OUI NON IMPORTANT PAS IMPORTANT DECLINER TOTAL
EFFECTIFS PPS 58 0 58 0 2 60
FREQUENCES 0,966666667 0 0,966666667 0 0,033333333 1
% FREQUENCES 96,67% 0% 96,67% 0% 3,33% 100%
DONNEES STATISTIQUES DE SONDAGE DES PPS DANS LA REGION DE KEDOUGOU
L’ETUDE S’EST REALISEE SUR UN TOTAL DE 37 PPS
PREOCUPPATION HYGIENIQUE
MODALITES OUI NON IMPORTANT PAS IMPORTANT DECLINER TOTAL
EFFECTIFS PPS 37 0 37 0 0 37
FREQUENCES 1 0 1 0 0 1
% FREQUENCES 100,00% 0% 100,00% 0% 0,00% 100%
L’IMPORTANCE D’UNE MISE EN PLACE D’UN PROGRAMME D’HYGIENE
MODALITES OUI NON IMPORTANT PAS IMPORTANT DECLINER TOTAL
EFFECTIFS PPS 37 0 37 0 0 37
FREQUENCES 1 0 1 0 0 1
% FREQUENCES 100,00% 0% 100,00% 0% 0,00% 100%

 

 

CONTRIBUTION DE L’HYGIENE CONTRE LES INFECTIONS
MODALITES OUI NON IMPORTANT PAS IMPORTANT DECLINER TOTAL
EFFECTIFS PPS 37 0 37 0 0 37
FREQUENCES 1 0 1 0 0 1
% FREQUENCES 100,00% 0% 100,00% 0% 0,00% 100%
COLLABORATION AVEC LE PROGRAMME 3S
MODALITES OUI NON IMPORTANT PAS IMPORTANT DECLINER TOTAL
EFFECTIFS PPS 37 0 37 0 0 37
FREQUENCES 1 0 1 0 0 1
% FREQUENCES 100,00% 0% 100,00% 0% 0,00% 100%
 

 

 

  1. MOT DU CHEF DE PROGRAMME

Il est aujourd’hui important d’être conscient que toutes les actions de l’état, pour être efficace, doivent irréversiblement passer par un partenariat public-privé, par une mutualisation des efforts et des moyens pour garantir et amplifier le résultat. Tout de même, l’hygiène est l’affaire de tous.

En outre, il faut souligner que le programme 3S est reconnu par l’Etat sous le numéro de récépissé « 19381 » et déploie un certain nombre de projets en hygiène. On peut en citer entre autre (Jeum-Kanam pour la santé _ P2S pour l’éducation) qui sont tous élaborés par des jeunes, ambitieux et soucieux du bien-être de leur pays.

En effet, ils n’ont ménagé aucun effort pour la réalisation du projet 3S, tant sur les ressources humaines, que matérielles et financières.

Par anticipation, nous vous demandons donc, de bien vouloir nous accorder le privilège de travailler avec vous, pour nous permettre de faire valoir nos compétences d’hygiénistes, pour des structures de soins médicaux plus propres, plus sûrs et sans infections pour nos enfants, nos femmes, sœurs et frères ainsi que nous même, car sans prise en charge sérieuse de la question de l’hygiène hospitalière, nul n’est à l’abri. De même, pour des établissements d’enseignement salubres et favorables à l’épanouissement et à la bonne santé des apprenants ainsi que des enseignants.

Messieurs/Mesdames, espérant une suite rapide et favorable à notre requête vu l’urgence du moment et votre volonté de voir un Sénégal salubre à tous les niveaux, nous restons ouverts à un partenariat qui nous apportera à tout un chacun le sentiment du devoir accompli.

Le chef de programme

 

 

P2S

 

 

TERMES DE REFERENCE

TDR : Phase N°1 CLEANLINES
Version : 1.1/1119-P2S


DEFINITION GENERALE
Ce document a été établi pour l’harmonisation et la synchronisation de nos
actions sur le terrain pour l’enrôlement et la gestion des ETS. Afin de mieux
optimiser le résultat souhaité par phase, c’est la version 1.1 d’une série de
quatre (4) versions. Chaque version correspondra à une phase opérationnelle
du programme P2S durant la période PUSH MODEL. Ce document est la
mécanisation de la stratégie ou de la formule P2S par rapport à sa phase N°1
correspondant à « CleanLines » selon le plan d’actions stratégiques 2019-
2021.


CONTEXTE GENERAL
A travers sa phase N°1 « CleanLines », le programme P2S en collaboration
avec le Ministère de l’Education Nationale les IEF et IA du Sénégal par
rapport à son plan d’action stratégique Push Model 2019 – 2021. Dont le but
final, est le renforcement des capacités de la gestion de l’hygiène dans les
établissements scolaire (ETS).
En coordination avec ses partenaires techniques et financiers pour la mise en
oeuvre de ce projet et son déroulement sur le plan national.
Cette coopération envisage un scénario axé sur quatre phases que sont :
􀀹 Utilisation de produits adaptés par les ETS
􀀹 La formation et l’accompagnement de tous les techniciens et
techniciennes de surface.
􀀹 La communication et la sensibilisation des élèves et des enseignants
sur les règles d’hygiènes de base.
􀀹 La gestion de l’information sur les données d’hygiènes.
Objectifs Spécifiques
Plus précisément, les objectifs spécifiques sont les suivants :
􀂙 Accompagner chaque ETS du Sénégal par rapport à leurs processus
d’hygiènes générale pour combattre l’insalubrité en milieu scolaire et
pour être en phase avec les recommandations de l’OMS (Organisation
Mondiale de la Santé) et du CNPP (Campagne Nationale pour la
Promotion de la Propreté) de l’état du Sénégal.

􀂙 Faire la gestion de proximité des ETS en mettant en place dans chaque

région du Sénégal, une antenne régionale pour une meilleure réactivité

de nos opérateurs terrain.

􀂙 Mettre sur pied pour chaque ETS, un logiciel AUS (Application

d’Urgences Sanitaire) connecté à l’IEF ou IA, permettant à ces

derniers de pouvoir suivre en temps réel les données d’hygiènes et

d’interagir par rapport aux recommandations, pour le bon suivi des

ETS.

Objectif Global

L’objectif de la mission de P2S auprès des ETS du Sénégal, est de les soutenir

dans leurs processus d’hygiènes en s’appuyant sur les normes et principes de

l’ « OMS »en matière de salubrité scolaire. Or une telle amélioration ne peut

se faire sans l’implication parfaite de toutes les parties prenantes pour être

en phase avec le « CNPP » mené par le Ministère de l’Urbanisme, du Logement

et de l’Hygiènes Publique du Sénégal.

STANDARD D’OPERATIONS ET DE PROCEDURES

(SOP)

Le terme SOP défini l’ensemble des règles et procédures méthodologiques

d’un groupe d’une entreprise ou organisation, c’est la conjonction de

coordination de tous les principes de managements pour réaliser un objectif,

un but, afin d’atteindre un résultat souhaité. Cependant le SOP s’applique à

tous les niveaux d’une opération ou d’une mission visant à avoir un résultat

ou à atteindre un objectif d’intérêt général, sans distinction de poste ou de

statut, c’est le catalyseur d’une bonne organisation social ou économique.

Pour se faire le SOP doit être maitrisé par toutes les parties prenantes, afin

de faciliter la gestion quotidienne des activités du programme .Donc son

application et sa mise en route nécessite irréversiblement de la part des

parties prenantes une connaissance biblique et cartésienne des méthodes et

procédures qu’exige ce manuel de Standard D’Opérations et Procédures.

SOP/1.1 : Relation P2S – IEF – IA

Pour la bonne gestion et pour une harmonisation parfaite des actions entre

les parties prenantes, P2S procédera avant chaque enrôlement d’un IEF ou

IA à l’envoi des documents suivants à l’inspecteur pour validation avant

transmission aux ETS :

Termes de Références (V.1)

– Model Protocole d’Accord pour les ETS

Model Questionnaire utilisé pour les ETS (V.1)

– Model Formulaire Suivi – Evaluation (V.1)

Echantillon Produits pour la phase CleanLines

Planning d’activité mensuel de l’opérateur

Réunion situationnelle au niveau de l’IEF ou IA tous les 3 mois

SOP/1.2 : Présentation du Programme « P2S » aux ETS

Toutes nos actions menées auprès des ETS , débuteront par une présentation

du programme P2S  aux directeurs, leurs permettant ainsi de comprendre les

tenants et aboutissants de notre démarche au niveau de sa structure. Cette

étape est primordiale pour la réussite du projet et pour la mutualisation des

efforts face à l’insalubrité scolaire, source  de désagréments et de maladies

pour les élèves ainsi que le corps professoral. Cependant toute bonne action

commence toujours par une bonne présentation du sujet.

SOP/1.3 : Méthodologie d’Enrôlement

P2S par rapport à sa mission d’enrôlement des ETS  procède en utilisant une

méthode dite entonnoir qui consiste à :

1Présentation du programme P2S et de ses opérateurs à l’ETS

2Administration de Questionnaire d’Etudes Environnementale

3- Démonstration des Produits proposés

4Discussion avec les Techniciens de Surface

5- Mise en place des Produits

6Installation de l’Application 3STECH

7Affichage Image de Sensibilisation

8Envoi Protocole d’Accord

9Envoi termes de Référence

SOP/1.4 :L’Enquête Environnementale

Pour chaque passage de l’opérateur,  une étude spécifique sur l’ hygiène de

l’ETS est effectuée par l’équipe pour une  gestion optimale des moyens à

déployer par rapport à chaque ETS .

SOP/1.5 : L’Impact de « CleanLines » sur la Gestion de l’Hygiène

CleanLines vise à optimiser la connaissance pratique des ETS  par rapport

à la gestion quotidienne de l’ hygiène en passant par :

􀂃 La connaissance des produits adaptés et leurs impacts par rapport

aux microbes et bactéries porteurs de maladies infectieuses .

􀂃 Connaissances sur l’importance d’un programme hygiéniste pour

l’accompagnement des ETS du Sénégal.

􀂃 Connaissances sur les réflexes d’hygiènes scolaires, de l’impact sur les

élèves, enseignants et sur les résultats scolaire.

􀂃 Comportements Aptitudes Pratiques.

SOP/1.6 : Les Règles d’Hygiènes par l’Image

L’image est devenue de nos jours une chose incontournable pouvant pousser

un individu ou un groupe de personnes, à changer de comportements ou

adopter de nouveaux, face à une situation donnée. C’est ainsi que le

programme P2S, a mené une étude au niveau de plusieurs ETS et le constat

est le même, c’est pourquoi, nous mènerons une campagne d’image pour

influencer et inciter au changement de mentalités et de comportements qui

irons à :

􀂾 Affichage dans les Toilettes

􀂾 Affichage dans les Salles de Classe

􀂾 Affichage au niveau des Couloirs

􀂾 Autres endroits détectés

SOP/1.7 : Planning des Activités de l’Opérateur

Avant chaque passage de l’opérateur dans la zone, le responsable du projet

P2S transmettra à l’inspecteur une proposition de planning pour validation

et prendra le cycle suivant

1- Préparation du planning de passage du mois par P2S

2- Envoi du planning de passage à l’IEF pour validation

3- Envoi du planning de passage par l’IEF aux ETS

4- Confirmation du planning de passage à P2S par l’IEF ou l’IA

5- Descente sur le terrain des opérateurs pour l’opération du mois

SOP/1.8 : Suivi – Evaluation Mensuel des ETS

Une équipe de suivi et évaluation indépendante des opérateurs et qui auront

comme mission de sonder le travail effectué par le programme  P2S dans

chaque  ETS.

􀁸 Veiller au respect des règles standard d’hygiène

􀁸 Sonder le travail des Opérateurs au niveau des ETS

􀁸 Sonder le niveau de salubrité des ETS

􀁸 Sonder le niveau de collaboration de chaque ETS

􀁸 Faire le rapport sur chaque ETS

􀁸 Transmission

SOP/1.9 : Etudes et Statistiques

Chaque trimestre,  P2S rendra disponible les résultats de ses études et

statistiques effectuées sur l’hygiène des  ETS du Sénégal au  Ministère de

L’Education  National aux  IEF et  IA. Le document sera composé de :

– Etude sur l’hygiène dans les ETS du Sénégal

– Etude CAP (Comportements Aptitudes Pratiques)

– Statistiques sur l’hygiène des ETS de chaque zone de Sénégal

– Classification des ETS par zone et selon leurs niveaux d’hygiènes

générale et leurs degrés de participation à l’hygiène.

SOP/1.10 : Rapport d’Activité Mensuel

A la fin de chaque mois, au plus tard le 05  P2S mettra à la disposition de

l’inspecteur un rapport d’activités comprenant :

1- La Situation du Terrain

2- L’Etat d’Avancement du Programme

3- Données d’hygiènes des ETS de la zone

4- Les Recommandations du Programme sur l’hygiène

5- Les Statistiques de Performances en termes de Couvertures des Zones

SOP/1.11 : L’Impact du Programme sur l’Emploi et La Jeunesse

Au Sénégal, la problématique de l’emploi, en particulier l’emploi des jeunes

demeure cruciale et constitue un enjeu majeur pour l’Etat. La persistance de

la pauvreté notamment en milieu rural et périurbain, l’extrême jeunesse de

la population sans identifiant professionnel, l’exode rural vers la ville,

l’émigration pour motif économique sont autant de facteurs qui posent avec

acuité la question de l’emploi. Face aux défis que constituent le chômage et

le sous-emploi des jeunes.

Le programme  3S par rapport à cette perception avec l’appui de ses

partenaires techniques et financiers a pris un ensemble de mesures et mis en

oeuvre plusieurs projets d’envergure national, devant chacun couvrir les  14

régions du Sénégal pouvant créer simultanément des centaines d’emplois par

rapport à ses antennes régionales. Faisant de ce programme, une initiative

de la jeunesse Sénégalaise au service de son peuple.

SOP/1.12 : Plaidoyer de l’hygiène Pour le Développement

􀂾 Pourquoi l’hygiène devrait être une priorité dans les ODD

(Objectifs de Développements Durable).

L’hygiène est fondamentale pour la population pour parvenir à être en

bonne santé et avoir un état physique et mental adéquat pour réussir

académiquement et contribuer à l’économie nationale du pays.

L’hygiène est au même que l’eau et l’assainissement pour la réduction

des maladies pouvant freiner l’évolution humaine. Si nous espérons

exploiter le potentiel de développement de tout un chacun d’entre

nous, cela nécessite irréversiblement l’amélioration des habitudes

hygiénique et une meilleure participation de nos dirigeants.

Les Objectifs du Millénaire pour le Développement ( OMD) n’ont pas

abordés explicitement l’hygiène à côté de l’eau et de l’assainissement.

Aujourd’hui de  6/10 personnes en Afrique sont consciente des règles

d’hygiène de base, cela doit changer en passant par l’éducation des

élèves futur dirigeant.

Les débats sont encore en cours sur le besoin et la manière de mesurer

une hygiène adéquate et équitable pour tous. Dans le but de réduire le

nombre d’indicateurs mondiaux essentiels, certains suggèrent que la

mesure de l’hygiène ne devrait être qu’optionnelle. C’est une erreur

fatale !

Pour atteindre nos objectifs de développements, l’ hygiène doit être une

priorité absolue à tous les niveaux. Les indicateurs doivent être sondés

explicitement et implicitement par des acteurs rompus à la tâche. Pour

aider tout gouvernement à se centrer sur l’ amélioration de l’ hygiène et

en mesurer le progrès sur l’ impact de sa population au vu du reste du

monde.

 

 

Les informations fournies dans ce document sont l’oeuvre du propriétaire. 
Elles ne peuvent être reproduites,dupliquées, publiées, diffusées ou divulguées totalement ni partiellement, sans un accord écrit au préalable
du programme 3S.
partager l'article
Share